• Accueil
  • > Eglise
  • > 9 raisons de ne pas implanter d’église en 2012 Partie I
( 9 mars, 2012 )

9 raisons de ne pas implanter d’église en 2012 Partie I

J’ai débuté mon ministère d’implantation d’église en France en 2000. Alors, je joignais, par une intervention divine, une église en implantation dans la couronne nord de Paris à Eaubonne. Cette petite église était vivante et m’a beaucoup appris sur le ministère. Je faisais alors mes premièr pas dans le ministère.

Je suis revenu de Paris en 2004 pour démarrer un ministère parmi les plus démunis, blanc, francophone et natif du Québec. Dans Hochelaga-Maisonneuve.

Nous avons entrepris de comprendre le quartier avant de débuter, nous avons mon épouse et moi faits des marches de prière d’une journée entière chaque année entre 2000 et 2004 et lorsque nous avons débuté nous avons décidé qu’il s’agirait d’abord d’un groupe d’étude. Que ce groupe devrait être impliqué socialement en faisant du bénévolat dans les organismes du quartier. Nous avons démarrer des BBQ, des séances de cinéma extérieures des fêtes de quartier et beaucoup d’activité. Le but était de travailler sur la racine de la pauvreté dans ce quartier ouvrier de Montréal. « La pauvreté relationnelle » nous voulions que les gens nous voient vivre et qu’ils sachent que nous ne jugeons pas, nous avons le droit d’être en désaccord sans vouloir tuer l’autre. Nous pouvions vivre et nous aimer même avec des opinions différentes.

Je vous dis tout cela pour introduire un article qui m’a été envoyé par un ami. Brian Beauman qui est directeur de mission a MCEC. Cet article quoiqu’elle décrive les résultats d’une étude faits en Asie représente exactement ce que moi et beaucoup d’autres implanteurs vivons à Montréal.

Les implanteurs qu’ils soient Anglophone ou Francophone expérimente les mêmes défis et ont les mêmes réflexions.

Thank’s to Andrew Jones. you wrote what realy appear like a Spirit movement on the earth. This gave me hope and Strengh in my ministry.

Thank you.

9 raisons de ne pas implanter d’église en 2012 Partie I
Par Andrew Jones (un blogueur missiologue de Nouvelle-Zélande www.outofur.com)
Traduction libre par Annie Rainville membre de HOCHMA

«L’implantation d’Église est la forme la plus efficace d’évangélisation sous le ciel », a déclaré C. Peter Wagner. Je sais qu’il a dit cela. J’étais là. J’étais un jeune [et beau] séminariste étudiant dans sa classe quand il l’a dit.

C’était une idée bienvenue, prouvée scientifiquement plus efficace que d’essayer d’élargir les structures des églises anciennes. À l’époque, il y avait peu d’arguments contre elle. L’idée a été adoptée par les sociétés de mission et les dénominations religieuses qui les ont appliquées dans leurs stratégies tout au long des années 90 et 2000 quand la pensée est devenue courant principal plutôt que pensée rebelle. Pendant ce temps, je faisais partie de ce mouvement.

Mais maintenant que nous sommes en 2012 et alors que certains jeunes, des personnes enthousiastes, implantent des églises comme en 1997, d’autres mettent l’accent sur le lancement plus durable, plus holistique et des solutions plus mesurables et transformationnelles du Royaume.

Une des plus grandes tendances d’implantation d’église que j’ai observé dans mon récent périple de plus de 30 pays est de passer de l’implantation d’églises vers ne PAS implanter une église du tout, tout en se concentrant sur un plus large éventail d’activités de transformation du Royaume. Certains implanteurs d’église retardent l’aspect « culte » du ministère pionnier pour aussi longtemps que possible et parfois indéfiniment.

- Lors de notre rencontre à Prague, quelques-uns des principaux leaders du mouvement d’implantation d’églises en Europe, il y a une décennie, nous ont dit qu’ils s’étaient déjà avancés dans le lancement des communautés de type monastique et des modèles moins ecclésiocentrique du ministère de l’implantation d’église.

- Aux États-Unis, parmi les nouvelles communautés chrétiennes les plus innovatrices, je suis tombé sur des communautés qui ne lançaient pas ni n’hébergeaient des services religieux du dimanche dans le cadre de leur portfolio ministériel.

- En Chine, j’ai rencontré un jeune couple «implanteur d’église » qui a commencé des ministères dans une douzaine de villes, mais refuse de démarrer les cultes religieux. Ils m’ont dit que le démarrage d’une église commence par un combat long et ardu avec le gouvernement chinois, qu’ils ont évité en commençant par les entreprises missionnaire, les entreprises du Royaume et des concerts… mais PAS des églises.

- Même chose en Indonésie : un groupe avait débuté des centaines de communautés, mais avait évité le culte du dimanche et refusé de construire des églises, qui ont l’habitude d’être détruites par le feu. Ils m’ont dit que de véritables églises arrivent quand les conditions sont favorables. Ils préfèrent planter un jardin que d’implanter une église.

Pourquoi ce changement?

Il y a eu quelques désillusions avec le mouvement d’implantation d’église, même après qu’il s’est débarrassé de ses pragmatismes de croissance des années 80’. J’ai parlé avec beaucoup de ces leaders et j’ai ajouté quelques observations. Voici certains des enjeux:

1. Le modèle typique d’implantation d’église, dans laquelle le planteur solo commence un rassemblement, où il / elle invite les membres potentiels à le / la rejoindre et à s’engager, n’a pas de précédent dans les Ecritures. Jésus a envoyé des gens en équipes (2, 12, 70) pour trouver les gens de la paix (eux, pas nous) afin de permettre la venue du ministère du Royaume (pas la venue de l’implanteur). Ajoutez à cela le manque de référence de la Bible pour un pasteur professionnel rémunéré et l’extension maladroite du système de la dîme dans le temple actuel, et le « package » entier semble un peu suspect ou tout au moins dans le besoin de se recadrer avec le Nouveau Testament.

2. En se concentrant sur le nombre de participants et la dynamique de lancement d’une nouvelle église, les critères de mesure d’implantation d’église sont trop étroits, trop faibles, et non-holistiques. De plus, ces critères ignorent les signes plus vitaux, mesurables, d’une société transformée dans ses différentes sphères (économiques, environnementales, sociales, impact à l’extérieur de l’environnement église, etc.)

3. Les personnes les plus susceptibles d’adhérer à une nouvelle église en démarage sont généralement ceux qui ont une certaine ouverture à l’église – les « dés-églisé », « pré-églisé », et « ex-églisé ». Cette constatation contribue à ignorer les gens qui sont vraiment perdus et duplique les ministères des églises existantes.

4. L’accent mis sur les gens prédisposés ou pré-favorisés vers la culture église peut entraîner une concurrence entre les églises. Ce fait diminue le bassin des adeptes potentiels et, pire, permet le « vol de membres », ce qui est un raccourci pour atteindre l’objectif d’implanter une église dans le court terme. Par contre, cela ne parvient pas à étendre la portée de l’évangile dans une nouvelle culture ainsi que la création de la désunion et la méfiance au sein de l’église existante.

5. Le défi pour les nouveaux membres à s’engager à une réunion d’église plutôt que d’être impliqués dans des activités de mission du Royaume dans le monde peut souvent conduire à un état d’esprit de consommation parmi les nouveaux membres. Un autre type de gens est attiré par le ministère en évitant d’organiser un événement pour les membres, mais plutôt en invitant les participants à la mission,

6. La nouvelle église crée une plus grande visibilité institutionnelle dans les pays sensibles où elle se met en danger, soit face à la réglementation étouffante, soit face à une menace physique pour ses membres.

7. Le manque de sources de financement traditionnelles qui servent à soutenir les salaires d’implanteurs d’église et à financer la première année de fonctionnement ($ 100 000, souvent américains) s’est tari dans le milieu de la crise financière mondiale et des priorités de financement en mutation. Ce fait a mis de l’avant des pratiques de mission plus durables tels que les micro-entreprises et les entreprises sociales. Ces pratiques deviennent plus importantes que les blocs de construction initiaux du nouveau ministère plutôt que d’essayer de démarrer un service culte régulier, dans lequel la seule pièce durable est la générosité des initiés.

8. L’implantation d’Eglise se nourrit normalement dans des zones plus riches ou les banlieues, mais ignore les pauvres des villes. Stuart Murray Williams aborde cette faiblesse ici. Il se concentre aussi sur les personnes plutôt que sur les besoins fonctionnels élevés des personnes et ainsi, nous nous retrouvons avec une église qui priorise les riches, chose dont nous sommes avertis dans les Écritures (voir Jean).

9. Dans un pays où l’église a déjà une réputation meurtrie pour ses pratiques de cupidité, son immoralité et son éthique, le fait de se baser sur une stratégie de départ d’une autre église, d’avoir des gens qui y adhèrent et qui donnent de l’argent pour la soutenir, est difficile à vendre et demeure une solution troublée.

Donc, si ces jeunes « n’implantent pas d’églises » en 2012, quel genre d’environnements du ministère du Royaume établissent-ils? Et comment sont les implanteurs d’églises aujourd’hui en évitant les erreurs du passé?

C’est l’objet de la Partie II.

6 Commentaires à “ 9 raisons de ne pas implanter d’église en 2012 Partie I ” »

  1. Chantal dit :

    Intéressant! et bravo Annie!

  2. Mbala Ngana dit :

    La réinvention de l’Eglise me semble être un bon concept, nouveau dans son paquet, quelque peu révolutionnaire, je dirai plutôt marginal par rapport à l’Eglise existante dans tous ses états. Mais puisque l’on veut la réinventer!
    Mais bref, j’aimerai réagir par rapport au thème abordé. En lisant les raisons, il me paraît manquer les préalables aux raisons avancées et en même temps on essaie de remettre en question certaines choses de ce qui se vivent dans l’Eglise. Je ne saurai vous reprocher votre façon de voir les choses, étant bien branché dans ce mouvement d’implantation.
    L’idée, comme dit-on, est génial, mais que dit la Parole de Dieu: « Prenez garde …  » (1 Co 3.9s). Toutefois, ce qui est évoqué dans votre blog n’est pas applicable partout. C’est bien une erreur de croire qu’une nouvelle forme qui semble marcher ailleurs, peut marcher partout. La réalité de la Chine et de l’Indonésie que vous citez,par exemple, est atypique, vue ce qui se vit dans ces pays. Mais cela ne veut pas dire non plus que l’on ne peut pas implanter une église dans ces conditions là. Le problème surtout, n’est-ce pas, est d’être à l’écoute de Dieu au lieu de parcourir le monde pour ne faire que des prosélytes. Toutefois, il y a matière à réflexion sur l’Eglise actuelle, certes. Mais on ne peut pas chercher à réinventer l’Eglise , tout en détruisant les fondements d’antan. Et quand vous dites, par exemple, qu’il manque de référence de la Bible poue un p

  3. Mbala Ngana dit :

    pour un pasteur rémunéré , d’abord, permettez-moi de dire que, selon ma compréhension des choses, pasteur n’est pas une profession en soi. C’est un des dons de Christ donné à l’Eglise pour la perfection des saints (Eph 4.7-15). Et quant au salaire ou rémunération, je ne sais pas ce que vous pensez de ces passages: 1 Ti 5.17-18; 1 Co 9.7-14.
    Le témoignage du message biblique doit être rétabli là où l’ennemi essaie de faire croire qu’il est maître de la situation par le mensonge des brebis galeuses, de faux serviteurs de Dieu. C’est un défi de notre temps. Non?

  4. Michel Monette dit :

    M. ou Mme Ngana, tout d’abord merci de répondre et de mettre vos commentaire sur ce blog. c’est grandement apprécié et cela contribue a tous.

    Vous parlez de plusieurs chose dans votre commentaire. Je vais les prendre une par une.
    1. Réinventé l’église.
    a. Bien sûr il s’agit d’un concept accrocheur qui a pour but de réfléchir sur l’état de l’église actuel et d’en faire ressortir les forces et les points d’amélioration. En occident et surtout au Québec les gens on développer une allergie au christianisme et a toute forme d’institution contrôlant. L’église fait partie de ces institutions. Afin de trouver la formule antihistaminique à cette allergie il devient nécessaire de réfléchir l’église autrement. Voici la raison d’être de ce blog.
    2. Concernant 1 Co 3.9s nous construisons encore et puisque les anciennes constructions sont désuet et tombent en ruine nous devons revoir notre méthode de construction. Mais le fondement demeure c’est Jésus-Christ. La méthode elle est dynamique et nous cherchons dans tout ce que nous faisons a être inspirer par le Saint-Esprit et Dépendant de Christ qui est notre chef.
    3. Vous parlez ensuite de contexte (la réalité en Chine est différente qu’ici) vous avez tout a fait raison et c’est ce qui m’a le plus toucher dans cette article et c’est pour cela que je l’ai traduite. Nous avons débuté notre démarche de faire autrement en 2004 lorsque nous somme revenu de la France pour démarrer notre ministère a Montreal. Alors nous avons mis en place des petit groupe et ensuite créé une entreprise qui pourrais financer l’implantation et aussi créé de l’emploi et avoir une impacte social. Lorsque j’ai lu cette article je me suis alors rendu compte que le Saint-Esprit travaillait pareillement dans la vie d’autre implanteur ailleurs dans le monde et ils avaient le même sentiment que moi. Faire et vivre l’église autrement. Donc dans ce contexte ce qui arrive en Chine est très similaire a ce que nous vivons a Montreal.
    4. Concernant le dons de Pasteur je suis tout a fait d’accord avec vous. C’est d’ailleurs pour cela que je ne suis pas rémunérer et que je pratique mon don de manière bénévole à Son service pour le salut du plus grand nombre et la sanctification de ses enfants.
    5. Pour le défi de notre temps je le laisse a Dieu. Ma prière est que Dieu applique le nôtre père. Que son nom soit reconnu ici sur terre comme Il l’est au ciel. L’ennemi a réussis un grand coup a faisant croire qu’il n’existe pas et Dieu non plus d’ailleurs. C’est la première demande du Notre père. Vous pouvez entendre une de mes prédications sur ce sujet ici : http://3674rueontarioest.wordpress.com/2012/04/25/partage-du-dimanche-15-avril-2012-michel-monette-le-notre-pere-pardonne-nous-nos-offenses/
    Combattez le bon combat et que Dieu continu de vous utiliser cher ami(e)
    Mimo??

  5. Marcel Pierre Mage dit :

    bonjour, mon frère je tiens a vous remercier pour votre bon message qui m’a réellement édifié tant par sa pertinence que par la lucidité que vous faites preuve dans vos détails et vos expressions. Ma question serait celle-ci: Je suis appelé par Dieu depuis 2004 pour travailler a l’implantation d’églises en France mais n’ayant pas vraiment d’expériences concluantes dans ce domaine (j’en ai plus dans le conseil pastoral, le prophétique, la musique, la prédication et l’enseignement de l

  6. Marcel Pierre Mage dit :

    la parole de Dieu) mais pas dans la pratique du ministère de bâtisseur d’églises mais je crois et j’été confirmé par des pasteurs et des prophètes (USA, France) pour cet appel précis (Actes:13/1-4)me conseillez-vous de me former dans une institut biblique ou école de ministère ou bien de laisser Dieu m’utiliser quand il le voudra et d’apprendre sur le tas?

    MERCI POUR VOTRE REPONSE ET QUE DIEU VRAIMENT VOUS UTILISE DAVANTAGE POUR SA SEULE GLOIRE. Amen!

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|